Lors des championnats d'Europe de judo en Allemagne, Bursa Ersoy a reçu la médaille d'or
1259 0

Une championne de judo à l’ESAT de Ferney-Voltaire

A seulement quelques mètres de la frontière suisse, l’ESAT de Ferney-Voltaire (Ain) accompagne Bursa Ersoy depuis une dizaine d’années. En plus de son travail à l’atelier Blanchisserie, Bursa pratique le judo de haut niveau… et revient régulièrement à l’ESAT avec des médailles.

En octobre 2019, à Cologne en Allemagne, Bursa a été sacrée championne d’Europe de judo adapté : « Je suis passée en finale contre une adversaire ceinture noire. J’ai fait un Ippon[1] et j’ai gagné ! Pour le podium, ils m’ont appelée en premier, il y avait de la musique, le drapeau de la France. C’était bien d’être sur le podium. Il y avait la télévision allemande aussi. »

Bursa a commencé le judo lorsqu’elle était adolescente, dans le club adapté d’Oyonnax (Ain). « Au début, j’étais à Oyonnax mais c’était compliqué pour moi comme j’habite Bellegarde. J’ai vu qu’il y avait un club à Bellegarde, je me suis inscrite. Aujourd’hui, je suis dans les deux clubs. Je m’entraîne les mercredis et les vendredis de 20h à 21h30. Je fais de la musculation, du gainage, du cardio. Je suis une pile électrique. J’aime bien que ça bouge. Je n’’aime pas quand ça va doucement. »

Quand on lui demande si ce rythme est fatigant, elle répond, souriante, « non, je suis habituée ».

La compétition, des tatamis à l’ESAT

A l’ESAT, Bursa travaille à l’atelier Blanchisserie : elle s’occupe du repassage, des machines, des calandres mais aussi parfois de l’accueil des clients. L’esprit de compétition qui l’anime sur les tatamis l’accompagne aussi dans son quotidien à l’ESAT puisque Bursa détient le record du nombre de chemises repassées en une journée (66 !).

Afin de lui permettre de participer à des compétitions, de s’entraîner et de gérer sa fatigabilité, l’ESAT répond aux contraintes de la judokate avec notamment des horaires adaptés. Au-delà de ces aménagements, la sportive bénéficie d’un véritable soutien de la part de l’ensemble de l’ESAT…surtout lorsqu’elle revient avec des médailles.

Des projets d’avenir : passer ceinture noire et conserver son titre de championne d’Europe

Au printemps prochain, Bursa tentera de passer « ceinture noire ». : « Ce que j’aime dans le judo, c’est surtout la technique. Pour devenir ceinture noire, il faut que je passe des katas[2]Elle participera également à d’autres championnats et remettra son titre de championne d’Europe en jeu : « Je voyage beaucoup avec les compétitions. Je suis allée à Marseille, Bourg-en-Bresse, Cholet, Aurillac et en Allemagne aussi. Je suis un peu stressée avant les compétitions. Il y a la pesée avant les combats, c’est important de ne pas être trop lourde pour ne pas changer de catégorie. Même si j’ai déjà battu des filles de 100 kilos ! ».

Soutenue par toute l’équipe de l’ESAT, Bursa devrait continuer encore longtemps sa carrière de sportive et compléter sa collection de coupes et de médailles.

[1] Le terme ippon est le score le plus élevé qu’un combattant puisse obtenir lors d’une compétition de judo.

[2] Les katas sont les fondements du judo. Ces exercices codifiés présentent les principales techniques du judo.


Articles associés

L’ART, ça nous intéresse!

La Fédération APAJH est très engagée dans l’accessibilité
Lire la suite

QU’ILS SONT BEAUX NOS CHOUCHOUS !

Depuis mi-septembre 2023, l’ESAT de la Côtière et
Lire la suite

Le permis B c’est ma liberté!

Nicolas 34 ans ouvrier en Sous-Traitance Industrielle, est
Lire la suite